Le pacte Ardennes fait avancer le département

La ministre Jacqueline Gourault et le DG de l'ANCT, entourés des officiels, regardent un vélo de la marque française Mercier.

Le 15 mars dernier, le 10e comité directeur du pacte Ardennes a marqué les deux ans de sa signature, en présence de la ministre Jacqueline Gourault, de Jean Rottner, président de la région Grand Est, d’élus locaux et d’Yves Le Breton, directeur général de l’ANCT. Reconquête industrielle, emploi, numérique, formation, culture, santé ou tourisme fluvial… : 89 actions sont initiées pour développer l’attractivité du territoire ardennais.

Dans le Grand Est, les Ardennes – 272 000 habitants – souffrent de fragilités démographiques, économiques et sociales. Soutenu depuis deux ans grâce au pacte signé entre l’État et les collectivités, ce département rural et transfrontalier veut développer l’activité économique et l’attractivité de son territoire.

Signé le 15 mars 2019, le pacte stratégique pour les Ardennes – que l’ANCT accompagne – mobilise donc les forces vives du territoire autour de cette ambition commune. Ambition qui devient concrète à travers les 89 projets retenus, dont près de la moitié a été réalisée, pour répondre aux quatre grands objectifs du pacte :

  • mobiliser et renforcer les compétences des Ardennais ;
  • construire une valorisation d’excellence des patrimoines ardennais, bâtis, naturels et culturels ;
  • donner de l’avance aux filières économiques face aux mutations en cours ;
  • accentuer les conditions du bien vivre dans les Ardennes.

La méthode : s’appuyer sur les atouts du département pour chercher des solutions concrètes à ses principales difficultés. Et, deux ans après la signature du pacte Ardennes, les premiers résultats se font jour avec plusieurs projets de relocalisations industrielles notamment, comme celle des cycles Mercier, à Revin. Leur relocalisation d’une chaîne de production devrait aboutir à la création de 270 emplois d’ici cinq ans.

Au 1er plan, sur un tapis bleu, un vélo de course rose la marque Mercier. En arrière-plan, on voit les jambes de personnes alignées le long de panneaux d'exposition.
À Revin, sur les friches d’une ancienne usine inoccupée depuis 2011, sera implantée une usine de 16 000 m2, avec deux lignes de montage : l’une pour les vélos mécaniques, l’autre pour les vélos électriques. Mercier, qui relocalise sa production, y fabriquera 500 000 vélos par an pour sa propre marque et pour les marques distributeurs (enseignes de sport et grandes surfaces). Ce projet bénéficiera notamment du fonds du programme de l’ANCT, Territoires d’industrie . Ouverture prévue fin 2021 ou début 2022.

Dans le cadre du plan de relance, plusieurs mesures ont été identifiées afin d’accélérer la mise en œuvre du pacte Ardennes. Ainsi, au 5 mars dernier, neuf entreprises avaient déjà vu leurs projets retenus pour un soutien chiffré à 13,90 M€, dont 5,2 M€ attribués au volet cohésion sociale et territoriale et 9,2 M€ au volet transition écologique.

 

Transition écologique et résilience territoriale : l’ANCT accompagne les projets des élus

Les élus des Ardennes ont bénéficié, en avance de phase, du soutien de l’ANCT. Grâce à son marché d’ingénierie, elle accompagne le département dans la transition écologique et la résilience territoriale. Ainsi, l’ANCT finance :

  • une étude pour aider les agriculteurs à consolider un montage financier pérenne pour le développement de la méthanisation, une énergie verte ;
  • un accompagnement en concertation citoyenne pour la communauté de communes Ardennes Thiérache. Cette démarche vise à faire émerger des projets durables pour le territoire (alimentation en circuit court dans les cantines, développement des mobilités douces, etc.), proposés par ses 10 000 habitants, maires, agriculteurs ou écoliers ;
  • une étude urbaine sur la reconversion de la friche de la Macérienne, située sur le territoire d’Ardenne Métropole, afin de reconnecter l’ancienne friche à son cœur de ville historique grâce à des cheminements piétons et cyclistes ;
  • un accompagnement de la renaissance du vignoble ardennais bio dont l’expérimentation est actuellement portée par l’Argonne ardennaise ;
  • une étude, en cours, pour renforcer le tourisme fluvial et cycliste sur la Meuse.

Lire notre article sur l'écotourisme

Le 18 mars, l’ANCT a visité des opérations de revitalisation de villes moyennes ardennaises et de sobriété foncière, menées avec les élus, leurs équipes techniques et les services de l’État. Ces projets sont développés dans le cadre de son programme Action cœur de ville, comme la rénovation des voies sur berges de la Meuse, à Charleville-Mézières, ou celle de la place d’Armes, à Sedan, ainsi que la liaison château-Meuse.

 
DR MCT-RCT ; préfecture des Ardennes (08)