Avenir montagnes ingénierie

Territoire

Montagne

Thématique

Transition écologique
avenir montagnes ingénierie

Accompagner en ingénierie les territoires de montagne vers une stratégie de développement touristique adaptée aux enjeux des transitions écologiques et de la diversification touristique.

L’État, par le biais de l’ANCT et de tous ses partenaires mobilisés, apportera ainsi une aide opérationnelle pour accompagner une soixantaine de territoires en montagne. Ce nouveau programme national d’appui constitue le volet “Ingénierie” du plan Avenir Montagnes qui comprend également un important volet de soutien aux investissements de demain. Il s’agit de soutenir ces territoires à partir du principe de l’autodéveloppement, favorisant ainsi les projets de territoires, par les territoires, pour les territoires.  

Joël Giraud Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ruralité

Avenir montagne : un plan de soutien à l'investissement 

Le Premier Ministre a annoncé le 27 mai un plan de soutien à l’investissement baptisé Avenir Montagnes doté de 650 M€, générant 1,8 Md d’investissements publics dans les territoires et organisé autour de 14 mesures.
Parmi ces mesures, un fonds Avenir Montagnes investissement doté de 300 M€ à parts égales entre l’Etat et les Régions. Avenir Montagnes Ingénierie doté de 31 M€ constitue le volet d’accompagnement des territoires en ingénierie.

En savoir plus

Constats / Objectifs

Dans une société confrontée à de forts déséquilibres territoriaux, sociaux, sanitaires et environnementaux, la montagne est un territoire attractif pour une majorité de nos concitoyens. Représentant un peu moins d’un tiers du territoire français, elle véhicule des valeurs d’authenticité, d’engagement, d’espace et de nature encore préservés, favorables à l’épanouissement personnel.

Les lois montagne de 1985 et 2016 ont reconnu à la fois les aménités (ressources en eau, biodiversité, paysages uniques...), les atouts en matière de qualité de vie, d’emploi et de loisirs, ainsi que les handicaps (relief, climat, enclavement) des massifs, et ont consacré, sur ce fondement, l’engagement de la collectivité nationale auprès de ces territoires. La fragilité des zones de montagne et leur vulnérabilité face au changement climatique, rendent nécessaire un renforcement de l’engagement et de l’appui de l’État à ces territoires, pour accélérer leur adaptation aux grandes transitions en cours, notamment démographique, écologique, numérique.

Infographie sur les chiffres clés de la montagne et du plan Avenir montagnes

Le tourisme activité majeure des territoires de montagne

Le tourisme constitue une composante majeure de l’activité pour une grande partie des territoires de montagne avec des retombées estimées à 20 milliards d’euros (2018/2019). Ces territoires contribuent ainsi, d’une part, à l’attractivité internationale de la France (la montagne draine une importante clientèle étrangère - principalement européenne) et représentent, d’autre part, une partie non négligeable des ressources nationales en matière de tourisme (27 % du total des nuitées touristiques françaises). L’offre française en matière de domaines skiables est l’une des plus importantes du monde.

350 stations de ski
18 000 emplois directs ou indirects
120 000 emplois dépendant de l’ouverture des domaines skiables en hiver

Les défis de la crise sanitaire

Le tourisme de montagne a été frappé de plein fouet par la crise sanitaire et par les mesures de protection des populations mises en place pour contrôler l’épidémie. Pour atténuer les pertes financières des acteurs économiques qui en résultent, et en plus des outils de droit commun (prêts garantis par l’État, fonds de solidarité à destination des entreprises, activité partielle à taux plein, exonérations de cotisations sociales, etc.), l’État a mis en place, pour faire face à l’urgence, des dispositifs spécifiques de soutien aux territoires de montagnes: la création d’un fonds d’indemnisation des exploitants de remontées mécaniques, la généralisation de l’activité partielle pour les saisonniers, l’extension du fonds de solidarité à destination des commerces, le renforcement du fonds de solidarité avec la prise en compte des coûts fixes pour les résidences de tourisme notamment, l’ouverture du fonds de solidarité aux moniteurs de ski et aux activités dépendantes des remontées mécaniques, la mise en place d’une aide à destination des écoles de ski, etc.

Mais, la crise agit aussi comme un révélateur des fragilités du tourisme de montagne. Son modèle économique connaît en effet depuis plusieurs années une remise en question et fait face à des défis désormais bien connus et partagés:

  • une très forte dépendance aux activités liées à la pratique du ski alpin;
  • une fréquentation hivernale stagnante avec des difficultés à attirer les jeunes clientèles et une moyenne d’âge des pratiquants de ski en hausse;
  • des problématiques liées à une baisse et une plus grande imprévisibilité de l’enneigement naturel et à la gestion de la ressource en eau dans un contexte de transitions écologiques, qui rend déjà aléatoire la couverture neigeuse dans beaucoup d’endroits.;
  • la nécessité de renforcer la résilience des territoires (forêt, agriculture, pastoralisme), la préservation de la biodiversité et du patrimoine paysager, de mener un travail sur la question sensible des conflits d’usage (pour les ressources en eau principalement), la sobriété foncière et énergétique;
  • les exigences de rénovation d’un parc d’hébergements touristiques vieillissant et peu commercialisé;
  • des attentes des clientèles qui évoluent avec une demande forte d’activités diversifiées et d’un tourisme bas carbone respectueux de l’environnement.

Vers une économie touristique plus résiliente

Par son effet révélateur, la crise offre donc l’opportunité de se réinventer vers plus de durabilité et de diversification, pour une économie touristique plus résiliente. C’est dans ce cadre, et après une consultation des acteurs au niveau national, par le biais des instances de la montagne (Conseil national de la montagne et comités de massifs sous l’égide des commissariats de massif) et lors des visites ministérielles sur le terrain, que le Gouvernement a décidé d’un plan de soutien à l’économie de montagne vers un tourisme plus durable. Baptisé Avenir Montagnes, il comporte un volet d’aides à l’investissement et un dispositif d’accompagnement en ingénierie.

Offre de service

Avenir Montagnes Ingénierie constitue le volet « ingénierie » de ce plan d’investissement pour le tourisme en montagne. Ce programme, en complément des autres programmes interministériels pilotés par l’ANCT, vise à apporter un appui très opérationnel à une soixantaine de territoires de montagne (dont les stations de ski et les stations thermales), désirant repenser leur stratégie de développement vers une offre touristique diversifiée, toutes saisons, durable, respectueux de la biodiversité et des paysages, et sobre en ressources naturelles et foncières.

5 principes

L’action de l’État est guidée par ces 5 principes pour Avenir Montagnes Ingénierie.

  • Les projets des territoires de montagne désirant repenser leur stratégie de développement vers une offre touristique diversifiée et durable sont le point de départ. L’État n’impose pas sa vision: il se met en situation d’accompagner au mieux la stratégie touristique définie par les territoires. Le programme s’adaptera à la taille des projets des territoires de montagne portés, au niveau local, afin d’épouser au mieux les dynamiques des territoires et de répondre aux besoins de leurs habitants.

  • Il ne s’agit pas de faire dans chaque massif la même chose, mais bien d’apporter une réponse aux problèmes rencontrés par chaque territoire de montagne. C’est le principe même de la différenciation, qui permet de reconnaître les enjeux propres à chaque massif et d’ajuster les réponses que l’État et ses partenaires apportent au regard de ces situations et besoins spécifiques.

  • Avenir Montagnes Ingénierie renforce les moyens d’accompagnement proposés en relation étroite avec les commissariats de massifs, équipe relais pour l’exécution du programme sur le terrain, notamment le pilotage local de l’ingénierie, en lien avec les délégués territoriaux de l’ANCT et les partenaires du programme.

  • L’État tient compte de l’offre d’ingénierie existante dans les territoires, car beaucoup de collectivités locales (régions et départements en particulier) ont déjà développé leurs propres actions d’accompagnement des territoires de montagne. Avenir Montagnes Ingénierie est un programme intégrateur par la mobilisation des commissariats de massif, de façon transversale, interrégionale et interministérielle.

  • Il s’agit d’apporter un accompagnement à partir d’une vision globale et d’un engagement partenarial, intégré aux contrats de relance et de transition écologique (CRTE).

Les mesures clés du programme :

L’offre de services du programme rassemble les outils et les expertises apportés par l’ensemble des partenaires, en soutien des projets de territoire. Elle s’organise autour de trois piliers:

  • Un chef de projet par territoire sélectionné pour accompagner la conception, la mise en œuvre et assurer le suivi du nouveau projet de développement touristique en transitions: financement à 75 % du coût salarial par le programme sur 2 ans; formation des chefs de projet et accompagnement dans le cadre d’un réseau; assistance au management du projet pour accélérer la mise au point et l’organisation du projet de transition.

    • un club des territoires lauréats, pour une mise en réseau
    • une plateforme, centre de ressources, de mise en partage des expériences inspirantes déjà conduites
  • Pour donner aux collectivités les moyens de définir et mettre en œuvre leur projet de territoire en conformité avec les objectifs du programme.

Une offre d’ingénierie thématique en 10 points principaux

L’offre de services d’Avenir Montagnes Ingénierie sera étoffée et adaptée au gré de l’identification de nouveaux besoins et des contributions des partenaires. Les territoires bénéficieront d’un accompagnement sur mesure en réponse à leurs besoins et aux enjeux identifiés dans le cadre des évolutions amorcées en montagne. De façon transversale, les marchés d’études de l’ANCT et de la Banque des territoires, ainsi que l’expertise du Cerema, seront mobilisés pour renforcer l’appui aux territoires cibles sur la diversification et le tourisme durable.

    • Un accompagnement de mise en dynamique des territoires autour d’un projet avec un accès aux marchés d’ingénierie de l’ANCT ou de la Banque des Territoires pour :
      • réaliser un diagnostic territorial et définir des enjeux et orientations stratégiques;
      • mener une démarche de concertation et de participation des habitants;
      • accompagner au cadrage, montage, pilotage et mise en œuvre des projets.
    • un appui à la carte par l’outil « Atelier des territoires » du ministère de la Transition écologique (ateliers flash et locaux) adapté aux besoins des territoires.
    • Un appui par l’outil « plan de paysage » du ministère de la Transition écologique (appel à projet annuel) adapté aux besoins des territoires (volet généraliste ou thématique « transition énergétique » co-piloté avec l’Ademe).
    • un appui par la démarche « Territoires en commun - Territoires d’engagements » de l’ANCT mobilisant une démarche d’ingénierie collective (6 à 12 mois), pour que le territoire puisse élaborer son plan d’action, de façon coopérative et citoyenne, en profitant de regards croisés.
    • la mobilisation d’outils d’aide la décision du type CLIMSNOW, service développé par le consortium de MétéoFrance, l’INRAE et DIANEIGE pour adapter la stratégie touristique et le programme d’investissements structurants des stations et territoires de montagne au changement climatique et aux projections de l’évolution de l’enneigement.

    L’ANCT ou la Banque des Territoires peuvent cofinancer une étude pour quantifier, à diverses échéances, la fiabilité de l’enneigement (neige naturelle damée, avec/sans neige de culture), sa variabilité et la capacité de chacune des stations à maintenir son exploitation selon quels efforts et selon quelles modalités.

  • L’appui proposé permettra de définir, en lien avec les gestionnaires d’espaces naturels (établissements publics, collectivités locales, syndicats mixtes, associations) et des grands sites, des produits touristiques innovants liés à la préservation de la biodiversité, des sites remarquables et des paysages, avec notamment : la sensibilisation à l’environnement, la vulgarisation scientifique sur les espèces et leurs habitats, les mesures et bonnes pratiques pour développer une fréquentation durable (y compris modalités d’accès et de déplacements), la restauration et l’aménagement de sentiers de montagne, la mise en œuvre de plans d’action en faveur des paysages, des sites classés (grands sites), de lutte contre la pollution lumineuse (ciels étoilés) ou de toute action innovante liée à la transition écologique du territoire.

  • Au travers du programme France Tourisme Ingénierie porté par Atout France et doté de 5 M€ financés par la Banque des Territoires: 50 stations de montagne seront accompagnées sur 30 mois, avec un déploiement en 2 vagues de 25 stations lauréates chacune.

    Chacune des stations lauréates bénéficiera: d’un apport en ingénierie: expertises (technique, juridique, financière), outils d’aide à la décision (Icare, Conitiff®, simulateur de retombées économiques); d’une aide financière à la conduite d’études opérationnelles.

    Consulter l'AMI

  • Les territoires sélectionnés bénéficieront d’un accès prioritaire à un appel à manifestation d’intérêt (AMI) France Mobilités permettant d’expérimenter et évaluer des solutions et des services de mobilité, durables, innovants et de proximité. Lancé en deux vagues (à l’automne 2021 et au second semestre 2022), cet AMI, doté de 10 M€ sur 2 ans, accompagnera en ingénierie entre 25 et 40 territoires, de densité intermédiaire à très peu dense.

    Avenir Montagnes Ingénierie peut appuyer en ingénierie les territoires pour concevoir des stratégies et outils de mobilité innovants notamment pour la desserte des derniers kilomètres des stations et territoires de montagne: pôles d’échanges multimodaux de montagne, dispositifs d’autopartage, covoiturage et vélo électriques, plateformes d’information et billetteries multimodales, etc

  • En complément des offres précédemment décrites, les stations thermales sélectionnées pourront bénéficier du partage de l’expérience de la Route des Villes d’Eaux du Massif central: diversification notamment filière bien-être et valorisation du patrimoine thermal, structuration et promotion de l’offre des stations comme destination touristique d’excellence.

  • Dans un contexte où le secteur agricole est à la recherche de davantage de proximité avec le consommateur, l’articulation des politiques d’accueil et du tourisme, sera favorisée par la mobilisation d’un accompagnement adapté, en collaboration avec la profession agricole, permettant de développer un accueil du public, de mettre en avant des produits locaux de qualité issus de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement et de développer les circuits courts.

  • Les territoires bénéficieront d’un accompagnement (diagnostic, appui méthodologique à la structuration de la filière) pour renforcer la valorisation locale du bois dans les investissements structurants du tourisme en montagne (construction et rénovation du bâti, production d’énergie), la prise en compte du rôle des espaces forestiers dans la gestion des risques en montagne et l’intégration de la forêt dans l’offre touristique (sensibilisation, orientation touristique, conciliation des usages).

  • Les territoires lauréats auront accès à une sensibilisation sur le potentiel de développement touristique par les sports de pleine nature, et à la mise à disposition d’expertises techniques, d’outils de diagnostic approfondi et au partage d’expériences au sein d’un réseau national pour mutualiser les bonnes pratiques. Des outils numériques innovants seront mis à disposition (plateforme de collecte des pratiques sportives permettant de visualiser la pratique des sports et loisirs de nature à différentes échelles, outil permettant de générer des alertes relatives à l’entretien des équipements).

    Des outils numériques innovants seront mis à disposition: plateforme de collecte des pratiques sportives permettant de visualiser la pratique des sports et loisirs de nature à différentes échelles, outil permettant de générer des alertes relatives à l’entretien des équipements, etc.

  • Le ministère de la Transition écologique et la Gendarmerie nationale aideront les territoires sélectionnés à promouvoir et mettre en œuvre, selon une approche multipartenariale, des démarches pilotes de prévention des risques qui caractérisent les territoires de montagne. Les services du MTE aideront les collectivités à inscrire leurs projets d’enneigement dans un projet de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) afin qu’ils fassent l’objet d’une concertation avec tous les usagers de l’eau pour prévenir les conflits d’usage.

    Les services du ministère de la Transition écologique aideront les collectivités à inscrire leurs projets d’enneigement dans un projet de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE), afin qu’ils fassent l’objet d’une concertation avec tous les usagers de l’eau pour prévenir les conflits d’usage.

  • Un appui au retour du tourisme social sera apporté par la mobilisation d’ingénierie pour le déploiement d’une offre de séjours éducatifs de découverte de la montagne et la réhabilitation des hébergements d’anciens centres de vacances.

Territoires éligibles

Le programme Avenir Montagnes Ingénierie vise des territoires de montagne désirant repenser leur stratégie de développement vers une offre touristique diversifiée et durable. Il s’adresse en priorité à des territoires faiblement dotés en ingénierie et à des projets collectifs. Sont éligibles les territoires situés dans les périmètres de massif portant un projet révélateur de l’économie de montagne.

Les projets portés devront être cohérents avec les projets de territoires engagés dans les contrats de relance et de transition écologique (CRTE), qui ont vocation, sauf cas particulier, à constituer la maille de base en termes de périmètre des territoires sélectionnés pour Avenir Montagnes Ingénierie.

Afin d’épouser au mieux les dynamiques des territoires de montagne et de répondre à leurs besoins spécifiques, l’échelle des territoires à sélectionner pourra être souple, si elle est cohérente avec la définition d’une nouvelle stratégie touristique, qui englobe l’ensemble de l’économie touristique du territoire (du domaine skiable à la vallée).

Le territoire de projet prévaudra permettant ainsi de retenir par exception d’autres territoires déjà constitués et d’inclure la diversité des modes de gouvernance et les spécificités propres à chaque massif. Ainsi les projets sélectionnés pourront être portés par des collectivités territoriales (EPCI ou réseau constitué de communes) ou par d’autres acteurs (syndicat communal ou syndicat mixte, etc.) à l’échelle de territoires qui leur semblera la plus pertinente, en privilégiant les territoires déjà constitués tels que les espaces valléens, PETR, parcs.

Carte périmètres avenir montagne ingénierie

Calendrier

La sélection des territoires lauréats est conduite en deux vagues de sélection.

Une première vague de 32 territoires lauréats  a été rendue publique le 8 octobre dernier. 

Pour candidater à la seconde vague de sélection, les dossiers doivent être déposés auprès des commissariats de massif d'ici le 15 décembre 2021. Les lauréats devraient être désignés mi-février 2022.

Territoires lauréats

Carte de France avec, en vert foncé, les 32 territoires lauréats
DR : cartographie ANCT

Consulter la liste des lauréats 

Partenaires

L’ANCT mettra en œuvre Avenir Montagnes Ingénierie en associant étroitement au déploiement des dispositifs d’action sur le terrain les ministères (Transition écologique, Affaires étrangères/Tourisme, Intérieur - Gendarmerie nationale, Sports) et partenaires publics contribuant à l’offre de services ou à leur financement, notamment la Banque des Territoires, Atout-France, le Cerema et l’Ademe