3,3 Md€ supplémentaires pour la relance et la vie quotidienne dans les quartiers prioritaires

premier ministre et ministres autour d'une table pour la réunion du Comité interministériel des villes

Le Comité interministériel des villes s’est tenu, le 29 janvier, à Grigny, dans l’Essonne. Le Premier ministre, Jean Castex – entouré notamment des ministres Jacqueline Gourault et Nadia Hai – a annoncé, 3,3 milliards d’euros supplémentaires dédiés à la politique de la ville. Il est revenu sur les mesures prises lors de la Mobilisation en faveur des habitants des quartiers, lancée en 2018, et a annoncé de nouvelles actions.

Le Comité interministériel des villes s’est déroulé dans le cadre de l’agenda en faveur de l’égalité des chances, promu par le président de la République. Avec, à la clé, 3,3 milliards d’euros supplémentaires pour assurer la relance dans les quartiers prioritaires et améliorer la vie de leurs 5,4 millions d’habitants, très touchés par l’impact de la crise sanitaire et économique.

 « Un État efficace et présent, c’est d’abord un État qui tient parole. Je viens de confirmer à Grigny que le Comité interministériel des villes a décidé d’engager plus de un milliard d’euros au titre du plan de relance [qui] va directement bénéficier aux habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville, avec une priorité donnée à la jeunesse. (…), a déclaré Jean Castex. Nous annonçons, aujourd’hui, un ensemble de mesures nouvelles, portant l’effort de l’État sur les deux ans qui viennent à plus de 3,3 milliards d’euros. L’objectif du Gouvernement est clair : l’égalité sur tous les territoires et pour tous nos concitoyens. A l’égalité face à la Loi de la République et aux devoirs des citoyens doit répondre l’égalité des chances si la République veut tenir ses promesses. »

1 milliard pour accompagner la relance et 2,3 milliards pour améliorer la vie des habitants des 1 514 quartiers prioritaires, en métropole et outre-mer.
Cette enveloppe sera consacrée à des mesures axées sur la sécurité, le logement, l’éducation et l’emploi/insertion, à travers notamment des dispositifs que pilote l’ANCT.

« 2 Md€ supplémentaires pour le renouvellement urbain, bientôt 200 Cités de l’éducation et 200 Cités de l’emploi, 600 M€ pour l’emploi des jeunes des quartiers et 400 maisons France services : les mesures de ce Comité interministériel à la ville, le premier depuis huit ans, sont concrètes et toutes financées ! », s’est réjouie Nadia Hai, ministre chargée de la Ville.

« La relance portée par l’État ne se fera pas sans les acteurs de la politique de la ville. Elle ne se fera pas non plus sans les élus ni les associations de terrain ni les acteurs économiques et, surtout, pas sans les premiers concernés, les habitants », a souligné Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.

Dossier de presse

Focus sur quelques mesures

  • Création de sept nouveaux Quartiers de reconquête républicaine (QRR), avec 180 policiers et gendarmes supplémentaires et l’accueil de 10 000 jeunes stagiaires supplémentaires, en priorité issus des QRR, dans les forces de l’ordre.
    ⇒ Depuis trois ans, 55 QRR ont été créés et 974 forces de l’ordre affectées.

    Création de 600 postes de médiateurs et éducateurs spécialisés pour les actions de prévention.

  • Orienter la production de logement vers une offre plus diversifiée dans les quelque 170 communes qui comptent déjà plus de 40 % de logement social, afin de favoriser la mixité sociale.

    ⇒ Pour accélérer les opérations de renouvellement urbain, le Gouvernement a renforcé le Nouveau Programme de renouvellement urbain (NPNRU), en 2017, passant de 5 à 10 milliards d’euros. Et mis en place un plan pour traiter les copropriétés dégradées : 52 000 logements ont ainsi pu être rénovés depuis 2018.

  • 46 nouvelles Cités éducatives vont être labellisées. Elles seront répartis sur 24 académies et 37 départements. Le dispositif, que pilote l'ANCT, passe ainsi de 40 à 126 Cités éducatives qui bénéficieront à plus de 700 000 enfants et jeunes âgés de 0 à 24 ans, soit un tiers des jeunes qui vivent dans les quartiers concernés. 

    Les cités éducatives représentent un investissement inédit de l’État de 230 M€ sur la période 2019-2022. Elles seront 200 d’ici 2022.

    Démarche partenariale à l’échelle d’un territoire, chaque Cité éducative implique parents, enfants, élus, enseignants, acteurs associatifs pour offrir aux élèves des quartiers prioritaires un cadre d’apprentissage et d’épanouissement renforcé, de l’enfance jusqu’à l’insertion professionnelle.

    Liste complète

    Photos Blanquer et Castex avec des enfants dans une crècche de Grigny

     

    Les « Vacances apprenantes » et « Quartiers d’été », mis en place à l’issue du premier confinement, vont être reconduits.
    ⇒  En 2020, plus de 500 00 jeunes ont bénéficié de ces dispositifs.

    Les Cordées de la réussite vont être redynamisées pour que cette démarche de tutorat accompagne 200 000 jeunes, issus des quartiers prioritaires et des territoires ruraux, au lieu de 80 000 actuellement.

  • 66 agences de Pôle emploi vont être renforcées, avec la création de 500 nouveaux postes de conseillers, pour assurer un accompagnement personnalisé aux demandeurs d’emploi des quartiers les plus touchés par le chômage.

    60 Cités de l’emploi vont voir le jour, cette année. Au total, 200 sont prévues d’ici 2022.
    ⇒ 24 Cités de l’emploi sont déployées, à ce jour.

    Un appel à projets « 100 % inclusion » va être lancé pour soutenir des parcours de remobilisation des personnes éloignées de l’emploi.

    La prime à l’embauche « emplois francs » a été boostée pour le recrutement des moins de 26 ans.
    ⇒ Déjà 38 000 candidats résidents dans un quartier prioritaire ont été recrutés en CDI depuis 2018.

    Les emplois francs boostés

  • Page

les quartiers prioritaires en chiffres

Infographie des chiffrs clés des QPV

 

DR Matignon ; S. Colato/ANCT.