Cités éducatives

Territoire

Quartiers prioritaires (QPV)

Thématique

Éducation et jeunesse
Cités éducatives

Un label d'excellence pour la réussite éducative

Depuis trente ans, les inégalités de destin ont progressé dans notre pays : selon l’endroit de naissance, la famille ou l’école fréquentée, les chances de réussite des enfants ne sont pas les mêmes. C’est pourquoi le ministère chargé de la Ville et du Logement et le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse mettent en œuvre des mesures à chaque étape du parcours des enfants.

Objectifs

Inspirée par des expériences de terrain, conduites notamment à Grigny (91), Clichy-sous-Bois (93) et Nîmes (30), la démarche des Cités éducatives est expérimentée pendant trois ans. Elle constitue l’une des 40 mesures du plan de Mobilisation nationale en faveur des habitants des quartiers.

L’ambition : une mobilisation de tous les acteurs de la communauté éducative (État, collectivités locales, parents, associations, intervenants du périscolaire, travailleurs sociaux, écoles et collèges…) autour de l’école  pour accompagner les enfants et les jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville concernés, depuis la petite enfance  jusqu’à leur insertion professionnelle.

    • Conforter le rôle de l’école ;
    • Promouvoir la continuité éducative ;
    • Ouvrir le champ des possibles.

    Les enjeux de l’expérimentation des Cités éducatives : bâtir des « territoires à haute qualité éducative » et assurer une prise en charge renforcée et coordonnée des enfants avant, pendant et après le temps scolaire.

  • moyens de l'Etat


    Chaque cité éducative bénéficie d’un fonds de 15 000 euros versé deux fois, soit 30 000 euros au total.Ce fonds est abondé à parts égales par le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et  le ministère chargé de la Ville et du Logement. Auparavant, 100 000 euros ont été alloués à chaque cité éducative pour lui permettre de lancer ses actions, à la rentrée de septembre 2019, qui seront conduites pendant les trois années de l’expérimentation.

    Au total, cette expérimentation se verra attribuer 118 millions d’euros par le ministère chargé de la Ville pour la période 2019-2023.

  • L’expérimentation des Cités éducatives se déroule pendant trois ans, de 2020 à 2023.

  • Le 26 novembre 2019, Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, et Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, ont installé le comité national d’orientation et d’évaluation des Cités éducatives.

    Présidé par Sylvie Charrière, députée de Seine-Saint-Denis, il rassemble des experts, des acteurs des territoires, des représentants associatifs et des citoyens, qui sont chargés d’accompagner les Cités labellisées dans l’évaluation de leurs programmes d’action.

Chiffres clés

  • 126

    Cités éducatives labellisées

  • 700 000

    enfants et jeunes habitants des quartiers prioritaires les plus fragiles, de 0 à 25 ans

  • 118 M€

    attribués par le ministère chargé de la Ville pour la période 2019-2023

Territoires ciblés

 

Carte interactive

Comment ont été sélectionnées les Cités éducatives ?

Les critères

  • Les Cités éducatives se situent dans de grands ensembles d’habitat social, qui comptent plus de 5 000 habitants, présentent des dysfonctionnements urbains et pâtissent d’un manque de mixité scolaire.
  • Les territoires labellisés ont été, au préalable, identifiés avec les préfets et les recteurs d’académie, parmi 160 propositions. Puis, les communes volontaires ont présenté leurs projets à l’été 2019, en vue de la labellisation intervenue en septembre 2019.
  • Les Cités éducatives ont été labellisées pour trois ans (2020-2022).

Offre de service

Au niveau local, chacune des Cités éducatives est animée par « une grande alliance » des acteurs de l’éducation et de la prévention.

Ainsi, enseignants, parents, éducateurs sportifs, puéricultrices, travailleurs sociaux, médecins, etc., interviennent dans le quotidien des enfants et des jeunes.

Schema des Cités éducatives

 

Le pilotage de chaque cité est assuré par une « troïka » : principal de collège, directeur général adjoint de la commune et représentant du préfet.

L’accompagnement : le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse met à sa disposition une ingénierie renforcée. Ainsi, un principal de collège est dédié au co-pilotage et à la co-animation de chaque cité. Il a,  à ses côtés, un chef de projet opérationnel, désigné par le recteur.

Un programme lié aux besoins de chaque cité éducative

Les acteurs locaux des Cités éducatives élaborent leur programme pluriannuel et déterminent des actions collectives.

Les actions s’articulent autour d’axes et d’ambitions prioritaires pour le jeune public

  • améliorer la réussite, l’orientation et l’ambition dans la scolarité ;
  • faire converger les efforts autour des 0-6 ans, en lien étroit avec les parents ;
  • aller vers les jeunes sans diplôme pour les aider à rebondir sur une formation ou un emploi ;
  • renforcer l’offre de santé, en matière de prévention, de dépistage et de soins ;
  • sortir du quartier grâce à des stages, des loisirs et des séjours ;
  • améliorer le cadre de vie quotidien ;
  • permettre l’éveil de l’esprit critique.

Partenaires

État, collectivités locales, parents, associations, enseignants, intervenants du périscolaire, travailleurs sociaux...

Ressources

Programme