« L’Agence a toutes les cartes en main pour accompagner dans les meilleures conditions les projets des élus »

Portrait Caroline Cayeux

Interview de Caroline Cayeux, présidente de l’Agence nationale de la cohésion des territoires et maire de Beauvais.

Quelle est l’actualité de l’Agence nationale de la cohésion des territoires ?

L’Agence nationale de la cohésion des territoires poursuit le déploiement de ses programmes à la rentrée et renforce son soutien aux territoires les plus fragiles. Mise en place au 1er janvier, l’ANCT est désormais pleinement opérationnelle. Elle a adopté sa feuille de route en juin et sera un levier majeur de la relance. Nos programmes sont, en effet, des dispositifs bien identifiés des élus, agiles et donc faciles à mettre en œuvre. Ils apportent des réponses très pratiques aux difficultés des territoires et de leurs habitants. Si l’on pense par exemple à la rénovation des centres villes (Action cœur de ville), l’accès au droit et aux services publics (France services), le développement du numérique (France mobile) ou encore récemment le dispositif Quartiers d’été, on s’aperçoit que l’Agence est présente partout où il faut trouver des solutions locales et pragmatiques. Avec le plan de relance, nous aurons également plus de moyens pour relocaliser l’activité industrielle et d’une manière générale participer à la transition écologique devenue indispensable avec la crise du Covid. Enfin, le gouvernement va lancer prochainement le programme Petites villes de demain pour accompagner la revitalisation des petites communes.

Quelles sont vos actions en faveur des élus qui peuvent saisir l’agence ?

Avec Yves Le Breton, le directeur général de l’Agence, nous poursuivons nos déplacements, sur le terrain, pour rencontrer les services de l’État, les acteurs locaux, les élus et leur présenter toute la boîte à outils que constitue l’Agence. Souvent, les communes qui ont le plus de difficultés se privent de projets, faute d’ingénierie ou à cause de la complexité des procédures. Or, une des valeurs ajoutées de l’Agence, c’est de permettre le « sur mesure », c’est-à-dire d’adapter complètement le soutien et l’accompagnement au projet local. L'ANCT a vocation à aider tous les territoires, en premier lieu les plus fragiles, mais les réponses ne sont pas uniformes. A côté des programmes nationaux, nous proposons un panel de services pour eux. Il faut donc d’abord mieux faire connaître la diversité de nos modes d’intervention. J’ajoute que pour l’élu, la saisine de l’agence est simple puisque c’est le préfet qui est le délégué territorial de l’Agence.

Comment va évoluer votre offre de services ?

Nous mettons en place à l’ANCT un observatoire de l’ingénierie pour rendre vraiment lisible l’offre de services. L’idée  est de partir du besoin de l’élu et de lui simplifier la vie dans ses démarches. Il faut qu’il ait un accès facile à l’ensemble de l’offre, non seulement de l’Agence mais aussi de ses partenaires. Nous souhaitons également développer une projetothèque qui donnera accès à un partage des bonnes pratiques, des fiches projets, des exemples à suivre. Ainsi un élu qui a un projet, pourra trouver, dans sa région des exemples similaires. Il s’agit de s’inspirer des réussites locales et de mutualiser les méthodes qui fonctionnent. Par ailleurs, le conseil d’administration de l’Agence étant constitué des principales associations d’élus, et étant moi-même maire de Beauvais, je crois que l’Agence a toutes les cartes en main pour accompagner dans les meilleures conditions les projets des élus, au bénéfice de tous les habitants.

Crédit photo : Anthony Voisin