« Le service civique : une opportunité pour les jeunes et les collectivités »

Béatrice Angrand invitée

En cette période de rentrée, nombre de jeunes s’investissent dans un service civique, à travers la France, comme déjà plus de 500 000 de leurs pairs depuis sa création. L’occasion pour Béatrice Angrand, présidente de l’Agence du service civique, d’exposer les enjeux liés au développement de cette mission, notamment auprès des jeunes ruraux et des jeunes des quartiers prioritaires et, en particulier, au sein des collectivités territoriales. Des objectifs partagés avec l’ANCT.

En réponse à la crise sanitaire, le président de la République annonçait, en juillet 2020, la création de 100 000 missions de service civique, en plus des 140 000 habituellement réalisées chaque année. Un an après, où en est-on ? Et quelles sont les caractéristiques de ces nouvelles missions ?

Depuis 2010, plus d’un demi-million de jeunes ont effectué un service civique. Depuis les annonces du président de la République dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution », l’Agence du service civique (ASC) – en animant un large écosystème associatif, territorial et public qu’il faut remercier vivement pour sa mobilisation – a ouvert des espaces de développement, en priorité les collectivités territoriales et des secteurs publics sous-représentés jusque-là dans le service civique (comme la culture ou l’environnement) et des thématiques liées à des problématiques accrues ou révélées par la crise sanitaire.

Ainsi, on voit de plus en plus de volontaires s’engager dans le domaine de la santé, en faveur de la solidarité intergénérationnelle, au service de la continuité éducative ou des plus démunis.

L’Agence nationale de la cohésion des territoires est membre du groupement d’intérêt public Agence du service civique. Comment les deux agences travaillent-elles ensemble et sur quels champs ?

L’ANCT est membre du conseil d’administration de l’ASC et, à ce titre, également membre du comité stratégique. L’ANCT fait entendre la voix des territoires dans ces instances, et elle relaie notre travail en direction des collectivités territoriales.

Le service civique, dans une collectivité, est une opportunité pour le jeune qui peut s’engager dans son espace de vie. Et, pour la collectivité, c’est la chance de bénéficier de savoir-être et savoir-faire des volontaires qui la soutiennent dans le déploiement de ses politiques publiques.

Enfin, nous partageons avec l’ANCT deux objectifs ciblés : permettre, d’ici 2022, respectivement à 30 000 jeunes issus de la ruralité et à 25 000 jeunes des quartiers prioritaires de la politique de la ville d’effectuer un service civique.

Quels sont les projets et actions prioritaires à mener en commun ?

Dans cet esprit, l’Agence du service civique a lancé l’appel à manifestation d’intérêt « Jeunes engagés de la ruralité » en 2021 en direction des communautés de communes et communautés d’agglomérations rurales. Il faut rapidement ancrer des actions liées à la jeunesse au sein des collectivités et des projets de territoire pilotés ou coordonnés par l’ANCT, tels que les contrats de relance et de transition écologique (CRTE), les structures labellisées France Services, les tiers lieux ou l’Agenda rural coordonné par l’ANCT.

Aujourd’hui, la crise sanitaire a un fort impact sur notre société, notamment sur les jeunes adultes. Quel regard portez-vous sur la mission du service civique ?

Le service civique, comme politique publique, donne un cadre à la volonté d’engagement des jeunes. Grâce à sa capacité d’adaptation, il s’est déployé dans un contexte inédit. Je vois donc un impact systémique : effet positif sur les jeunes – en 2020, 91 % des volontaires sont satisfaits de leur mission[1] (+5 points) –, amélioration des conditions de vie des bénéficiaires (personnes âgées ou handicapées, par exemple) et durabilité, puisque près de 60 % des volontaires souhaitent poursuivre un engagement bénévole à l’issue de leur service civique.

En savoir plus


[1] Enquête post-service civique par l’Agence du service civique auprès des volontaires ayant terminé leur mission entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020.

DR : ASC