Retour sur le Conseil national de la montagne

Le tourisme de montagne au cœur de projets innovants

Signature de convetion par 4 personnes assises, de face, devant une table avec une nappe rouge

Le Conseil national de la montagne (CNM) s’est déroulé, le 8 octobre dernier, à Pontarlier (25). Joël Giraud, secrétaire d’État chargé de la ruralité, a annoncé les 32 territoires lauréats de la première vague de sélection du plan Avenir Montagnes Ingénierie. La première convention de ce programme a, par ailleurs, été signée avec l’Espace nordique jurassien et la Grande Traversé du Jura. Le tourisme est apparu comme un axe fort de développement des territoires de montagne.

Le 27 mai 2021, le Premier ministre, Jean Castex, annonçait le déploiement du plan Avenir Montagnes pour relancer l’investissement dans les territoires de montagne : 650 M€ de crédits publics, cofinancés avec les régions, ont été mobilisés. Cette enveloppe permet l’accompagnement des massifs dans la diversification de leur offre touristique, leur développement économique et la transition écologique de leurs territoires.

Lors du CNM, le 8 octobre dernier, Joël Giraud, secrétaire d’État chargé de la ruralité, a annoncé les 32 territoires lauréats de la première vague de sélection du plan Avenir Montagnes Ingénierie.

Avenir Montagnes Ingénierie : un accompagnement adapté aux enjeux de chaque massif

Cette rencontre des acteurs de la montagne a été ponctuée par la signature de la première convention Avenir Montagnes Ingénierie. Établie entre Joël Giraud et Annie Genevard, présidente de la commission permanente du CNM, l’Espace nordique jurassien et la Grande Traversé du Jura, elle a pour objectif la mise en œuvre de moyens supplémentaires nécessaires à la réalisation des projets du massif. La convention prend en compte les questions de transition écologique et de changement climatique qu’elle intègre à son accompagnement en ingénierie.

Des personnalités debout devant une table recouverte d'une nappe de velours rouge, avec le texte de la convention à signer devant eux
Afin d’accompagner les massifs dans la réalisation de leurs projets, chaque territoire lauréat du programme Avenir Montagnes Ingénierie disposera d’un chef de projet dédié pendant deux ans.

Un diagnostic approfondi sera réalisé pour faciliter l’adaptation des territoires, à leur rythme et dans la durée, aux grandes transitions écologiques et touristiques. Cet accompagnement s’inscrit dans une stratégie de valorisation du bien-être en montagne.

Pour ce faire, l’Agence nationale de la cohésion des territoires, avec le soutien de la Banque des Territoires, souhaite :

  • faire de la biodiversité un atout de développement local ;
  • encourager les séjours de classes de découverte en montagne ;
  • promouvoir les communes thermales ;
  • développer une offre d’agrotourisme ;
  • valoriser la ressource forestière en appui au tourisme ;
  • proposer une offre sportive de pleine nature diversifiée ;
  • sécuriser les activités en montagne.

 Calendrier de la 2e vague de sélection
⇒ 8 octobre 2021 : lancement de l’appel à candidature de la 2e vague
⇒ 15 décembre : date limite de dépôt des candidatures
⇒ 15 janvier 2022 : date limite de retour des propositions de sélection des préfets
⇒ Mi-février : annonce des territoires retenus

AMI Immobilier de loisirs : 13 stations tests révèlent leur bilan

Un appel à manifestation d’intérêt – conçu à partir de l’expérimentation France Tourisme ingénierie piloté par Atout France, la Banque des territoires et les services de l’État – avait été lancé dans le cadre du programme Avenir Montagnes. Cet AMI porte sur la rénovation du patrimoine immobilier existant dans les stations de montagne. L’immobilier de loisir en montagne est, en effet, trop souvent en décalage avec les attentes actuelles de la clientèle en matière de confort et de qualité d’usage des touristes.

Treize stations test ont donc participé à une expérimentation de rénovation, de juin 2018 à juin 2020. Les résultats, prometteurs, ont été présentés lors de ce CNM.

L’objectif était de structurer de nouvelles solutions de rénovation et de remise en tourisme de l’immobilier de loisir, sans stimulus financier et à cadre réglementaire constant. Des initiatives qui présentent une certaine efficacité, sous réserve d’être bien articulées et dotées de capacités d’ingénierie adaptées. Le bilan, sous forme de rapport, démontre des avancées méthodologiques réelles, avec le développement d’outils de connaissance et des outils opérationnels.

La rénovation de l’immobilier de loisir se poursuit en montagne

La délégation Montagne d’Atout France, qui pilote ce projet doté de 5 M€ financés par la Banque des Territoires, ambitionne d’accélérer la rénovation globale de l’immobilier de loisir (copropriétés), dans les stations de montagne. L’enjeu est de garantir leur performance technique, leur attractivité touristique et une meilleure performance économique en termes d’occupation.

Dans ce cadre, 50 stations de montagne seront accompagnées pendant trente mois, avec un déploiement en deux vagues de 25 stations lauréates chacune. Chacune des stations lauréates bénéficiera :
  • d’un apport en ingénierie « à la carte » : expertises (technique, juridique, financière), outils d’aide à la décision (Icare, Conitiff®, simulateur de retombées économiques) ;
  • d’une aide financière à la conduite d’études opérationnelles.

Les 25 premières stations lauréates de ce plan de rénovation et d’accompagnement seront dévoilées à la mi-novembre 2021.

AMI Avenir Montagnes Mobilités : 8 568 communes éligibles

Cet AMI, présenté par Julie Brayer Mankor, cheffe de projet montagne à l’ANCT, doit favoriser l’accompagnement des collectivités et des acteurs économiques lauréats dans la réalisation de leur projet de mobilité en zone de montagne. Les territoires retenus dans le cadre d’Avenir Montagnes Ingénierie bénéficieront d’un accès prioritaire, mais non exclusif, à cet AMI.

Pour tous les candidats, un accompagnement au montage et à la maturation du projet est organisé par les cellules régionales de France Mobilité. Un financement par l’État de 50 % du projet est également prévu, dans la limite de 200 000 euros.

Le Cerema effectuera ensuite un suivi des projets réalisés.

Ces projets innovants et durables, qui répondent aux enjeux des territoires, permettront d’améliorer la mobilité des habitants, des touristes et des autocaristes. Ils s’inscriront dans une logique durable, inclusive et solidaire :

  • gestion économe de l’espace et des ressources ;
  • réduction des nuisances sonores ;
  • préservation de la santé et des écosystèmes.

Ils comporteront également une dimension innovante au niveau thématique ou organisationnel :

  • participation citoyenne, coopération et synergies opérationnelles ;
  • synergie avec les autres projets du territoire (urbanisme, environnement, santé…)

Les territoires éligibles doivent se situer dans le périmètre des neuf massifs et être de densité intermédiaire, peu dense ou très peu dense : soit 8 568 communes éligibles à l’AMI Avenir Montagnes Mobilités.

Calendrier de la sélection
⇒ Du 30 septembre au 30 novembre 2021 : candidature en ligne (sur la plateforme démarches simplifiées)
⇒ Jusqu’au 17 décembre : accompagnement et pré-instruction par les cellules régionales France Mobilité pour vérifier l’éligibilité, la solidité et la maturité du projet
⇒ 30 décembre : date limite du dépôt des dossiers définitifs

Zoom sur le déploiement du volet Investissement, à Annecy

Vue du manoir de Novel restauré, à Annecy
Vue différentge sur le manoire de Novel, en noir et blanc. Photo d'archives.

Parmi les projets retenus dans le cadre du programme Avenir Montagnes Investissement, la création d’un pôle d’excellence environnementale au manoir de Novel, dans la commune d’Annecy, en Haute-Savoie, dont les travaux sont prévus pour fin 2021. Située sur une ancienne exploitation agricole gallo-romaine, la maison médiévale de Novel fut une des résidences des comtes de Genève à partir du XIIe siècle.

Aujourd’hui, il est question de la restructuration de ce bâtiment historique pour en faire un pôle de ressources et de soutien, lié à la diversification et à la transition écologique des activités de montagne.

Coût global : estimé à 2 994 183 € HT ; 600 000 € sont sollicités au titre du fonds Avenir Montagnes.

 

Programmes liés