Rapport sur le maillage aéroportuaire français

Diagnostic, environnement économique et recommandations

Résumé

À la demande du Conseil supérieur de l’aviation civile, une mission a été constituée pour analyser la situation du maillage aéroportuaire français. Réunissant des représentants du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), trois experts universitaires et deux anciens hauts-fonctionnaires, la mission, qui a procédé par auditions, s’est rendue dans douze régions à la rencontre des propriétaires et gestionnaires d’aéroports, élus et techniciens, représentatifs du paysage aéroportuaire issu de la décentralisation de 2005. Elle a également effectué des analyses spécifiques sur l’évolution des trafics, l’économie des aéroports et les aides d’État. 

Le territoire français est bien équipé en aéroports, qui sont autant d’atouts pour le développement économique et l’attractivité des territoires. La mission a pris le parti de s’intéresser en priorité aux aéroports ayant eu une activité commerciale de passagers au cours des vingt dernières années, soit 120 aéroports en France métropolitaine.

La mission met à disposition de l’ensemble des acteurs des éléments pour un diagnostic partagé du maillage aéroportuaire métropolitain. Depuis la libéralisation du ciel européen, le trafic de passagers en France a quasiment doublé, porté par les flux internationaux. Cette croissance a largement profité aux aéroports des grandes aires urbaines, ainsi qu’à certaines plateformes secondaires. 

La modernisation des réseaux routiers et ferrés, et les contraintes budgétaires, ont conduit des aéroports à cesser toute activité commerciale régulière pour se réorienter vers une activité d’aviation d‘affaires et d’aviation générale. Cette tendance se poursuit. 
Pour autant, la France présente un nombre important d’aéroports commerciaux à faible trafic et des secteurs géographiques avec des recouvrements de zones d’attraction d’aéroports proches.

Les aéroports sont désormais des acteurs économiques à part entière, évoluant dans un environnement européen et mondial fortement concurrentiel. L’attractivité des aéroports, et donc leurs coûts, est un des éléments de leur compétitivité et de celle des territoires. 
Sources de contentieux entre compagnies et aéroports pour distorsions de concurrence, les aides publiques aux aéroports sont désormais strictement encadrées par la Commission européenne, ce qui reste encore peu compris par les décideurs locaux. 

La mission propose une typologie des aéroports tenant compte de leurs fonctions au bénéfice des territoires concernés, et révélant leurs atouts et vulnérabilités. Ces dernières pourraient s’accroitre à l’avenir malgré la tendance globale à la croissance du trafic aérien. Le travail de la mission débouche sur des pistes d’actions autour de quatre recommandations :

  •  faire face aux contraintes pesant sur les financements publics aux aéroports
  • engager un processus de réduction des coûts de touchée à l’échelle du maillage
  • donner aux régions, dans leurs nouvelles compétences, les moyens de définir et de mettre en œuvre le maillage aéroportuaire le plus adapté au développement des territoires
  • améliorer la connaissance sur les modes de gestion publique et privée des aéroports.

Rapport complet