3e Comité interministériel aux ruralités

« Services publics, numérique, ZRR, téléphonie mobile… : l’Agenda rural a changé le regard sur la ruralité »

Les 5 membres de l'Agenda rural et le ministre, de dos, en réunion autour d'une grande table recouverte d'une nappe rouge, dans un bureau entouré de boiserie

Les cinq élus membres de l’Agenda rural, que pilote l’ANCT, ont rencontré Joël Giraud, ministre chargé de la Ruralité, peu avant la tenue du Comité interministériel aux ruralités, dans l’Yonne, le 24 septembre. À l’occasion de ce 3e Cir, ils exposent leurs regards sur les avancées marquantes de cette feuille de route en faveur des territoires ruraux.

Les cinq élus membres de l’Agenda rural ont partagé avec Joël Giraud, le 21 septembre dernier, leurs remontées de terrain, chacun selon son thème de prédilection : volontariat territorial en administration, maintien des zones de revitalisation rurales, reconnaissance secrétaires de mairie des petites communes, renforcement des centralités de petites villes, sauvegarde du patrimoine dans les campagnes… En effet, l’Agenda rural concerne de nombreux domaines de la vie quotidienne des habitants de ces territoires.

Revoir les échanges

 

les cinq Élus nous livrent leurs points de vue sur l’Agenda rural

Pierre Jarlier

Sénateur honoraire, président de Saint-Flour Communauté (15) et membre de l’Association des petites villes de France (APVF)

Photo portrait de Pierre Jarlier, cheveux gris, chemise blanche et veste marron

Quelle est à, à vos yeux, la mesure emblématique et pourquoi ?

Le programme Petites Villes de demain suscite une réelle dynamique territoriale au-delà du seul enjeu de revitalisation des centres anciens, souvent en grande difficulté.

Les petites villes jouent, en effet, un rôle déterminant dans le quotidien des populations rurales, car elles offrent des capacités d’emploi et de services en matière de santé, d’éducation, de culture, de sports, de lien social… Ce programme partenarial associe les communes centre, l’intercommunalité, les partenaires publics et privés ainsi que l’État autour de cette même ambition : renforcer l’attractivité des petites villes et la capacité des territoires ruraux à accueillir de nouvelles populations.

En savoir plus sur Petites Villes de demain

Trois ans après le lancement de l’Agenda rural, quelle réalisation retenez-vous ?

L’Agenda rural a d’abord changé considérablement le regard de l’action publique sur la ruralité. Avec la nomination d’un secrétaire d’État à la ruralité, Joël Giraud, et la mise en place d’un comité interministériel dédié, cette réalité est concrète.

Par exemple, 1 500 maisons France Services sont déjà en place grâce à un partenariat fructueux entre l’État et les collectivités, les opérateurs et les acteurs locaux. Elles sont, à mes yeux, les plus significatives des premiers effets de cet Agenda rural sur les territoires. Avec cette initiative, le sentiment d’abandon trop souvent ressenti dans les campagnes, ces dernières années, diminue progressivement.

Daniel Labaronne

Député de la seconde circonscription de l’Indre-et-Loire (37)

Photo portrait de M. Labaronne, cheveux gris, veste et cravate bleues, chemise blanche

Quelle est à, à vos yeux, la mesure emblématique et pourquoi ?

La mesure emblématique, et je crois la plus immédiatement utile aux citoyens, est sans doute le déploiement de la téléphonie mobile sur l’ensemble du territoire. De la même matière et tout aussi directement, l’effort important fait en faveur des écoles primaires et collèges des territoires ruraux (en termes de budget, d’effectifs ou encore de personnel d’accompagnement).

Trois ans après le lancement de l’Agenda rural, quelle réalisation retenez-vous ?

Il est très difficile de n’en retenir qu’une, tant il y en a d’importantes. En premier lieu, la définition des territoires ruraux et la prise en compte des aménités rurales me semblent de nature à faire véritablement évoluer le regard sur la ruralité. Ensuite, très concrètement, le déploiement des maisons France Services et des conseillers numériques a permis que les services publics aillent au citoyen et non l’inverse. Concrètement, dans ma circonscription, sur quatre cantons, on dispose désormais de six maisons France Services.

Autres réalisations importantes : la labellisation des Petites Villes de demain – quatre communes labellisées dans ma circonscription –, le déploiement des Volontariat territoriales en administration (VTA) et validation des acquis de l'expérience (VAE) pour permettre l’emploi des jeunes…

Découvrir le VTA

La création de l’ANCT, qui donne un vrai coup de main aux collectivités en termes d’ingénierie, ou encore le déploiement des pôles inclusifs d’accompagnement localisés, sont également des avancées majeures pour les territoires ruraux.

Patrice Joly

Sénateur de la Nièvre (58), président de l’Association nationale des nouvelles ruralités (ANRR)

Photo portrait de M. Joly, cheveux bruns, veste noire, chemise blanche et cravate rayée

Quelle est à, à vos yeux, la mesure emblématique et pourquoi ?

La prolongation des zones de revitalisation rurale (ZRR) apparaît comme la mesure la plus emblématique en ce que ses effets viennent répondre directement aux inquiétudes des ruraux : vis-à-vis de la fuite des services et des activités, en permettant de préserver et d’attirer un certain nombre d’entreprises. Ou concernant l’accentuation de la désertification médicale, en ayant facilité l’installation et le maintien de professionnels de santé, alors que l’espérance de vie des ruraux est toujours inférieure de deux ans par rapport à celle des urbains.

Observatoire des territoires : en savoir plus sur les ZRR

Trois ans après le lancement de l’Agenda rural, quelle réalisation retenez-vous ?

La modification de la définition de la ruralité réalisée par l’Insee est satisfaisante dans la mesure où il est désormais possible de prendre pleinement conscience de ce que représentent les territoires ruraux en France, à savoir 88 % des communes et 33 % de la population.

Ainsi, il est à attendre que les politiques publiques, désormais au fait du poids réel des campagnes françaises, prennent en considération ces territoires ruraux et y mettent en place une vraie politique de long terme.

Dominique Dhumeaux

Maire de Fercé-sur-Sarthe (72), 1er vice-président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF)

Photo portrait de Dominique Dhumeaux, cheveux gris, lunette, verste marron, chemise grise et cravate foncée

Quelle est à, à vos yeux, la mesure emblématique et pourquoi ?

La nouvelle définition du rural qui, par des critères objectifs multiplie par quatre le nombre d’habitants en milieu rural, est une avancée clé qui doit dorénavant devenir la référence pour tous les acteurs publics. Les crises successives, qu’elles soient sociales ou sanitaires, ont démontré l’importance de l’échelon communal, qui, au travers de cette nouvelle définition prend une place prioritaire dans l’orientation des politiques publiques et leur rayonnement au plus près des habitants de nos villages.

Trois ans après le lancement de l’Agenda rural, quelle réalisation retenez-vous ?

Bon nombre d'actions de l’Agenda rural sont à l’œuvre. Mais à ce jour, leur lisibilité et leur impact restent à se concrétiser dans le quotidien de nos administrés, notamment les mesures sur la santé, car des milliers de citoyens viennent, chaque mois, grossir la longue liste des patients sans médecin traitant. Ce qui, si l'on n'y prend pas garde, est une bombe à retardement dans l’ensemble des territoires.

Cécile Gallien

Maire de Vorey en Haute-Loire (43), membre de l’Association des maires de France et des présidents d’Intercommunalités (AMF)

Photo portrait de Mme Galine, cheveux blonds et longs, chemise bleu et écharpe tricolore autour du buste

Quelle est à, à vos yeux, la mesure emblématique et pourquoi ?

L’Agenda rural a enfin permis à l’Insee de redéfinir les ruralités par le critère de la densité démographique, soit 33 % des Français et 88 % des communes. Ceci permettra de déployer des politiques publiques françaises en faveur des ruralités, mais aussi européennes. En effet, la Commission européenne a déclaré, en juin dernier, vouloir faire des zones rurales fortes, connectées, résilientes et prospères.

Trois ans après le lancement de l’Agenda rural, quelles réalisations retenez-vous ?

Le maintien de la clause de compétence générale pour les communes, les ZRR, le rapport sur les aménités et la revalorisation des métiers du vieillissement et des petites retraites sont majeures.

Le Covid a confirmé l’attrait des campagnes de France, aussi le déploiement ces dernières années de la téléphonie mobile et du haut débit et une politique d’habitat dynamique, sont fondamentaux pour accueillir de nouveaux habitants, y vivre et travailler.

Accès aux services et au numérique dans les territoires ruraux, voir nos vidéos sur ANCTv.
Ici, focus sur France Mobile.

DR : photo MCT-RCT

 

Programme lié

  • Agenda rural

    Territoires et ruralités

    Agenda rural

    L'ANCT intervient auprès des territoires ruraux via la coordination de l'agenda...

    Agenda rural
  •